Accueil

V.A.E. : se faire Accompagner pour mettre toutes les chances de son côté

poster pommes FAIRE FRUCTIFIER SES COMPETENCES (2)

La Validation des Acquis de l’Expérience (V.A.E.) est depuis 2015 éligible au titre du Compte Personnel de Formation (CPF) qui s’est substitué au DIF. Se faire accompagner pour préparer la validation d’un diplôme (tout ou partie) par la prise en compte de son expérience professionnelle, via ce dispositif, est reconnu comme utile et nécessaire par la loi, voire indispensable pour une grande majorité de candidats.

Désormais, « Toute personne, quels que soient son statut, son âge et son niveau d’études ou de formation, est en droit de faire valider les acquis de son expérience en vue de l’acquisition d’une certification (diplôme, titre à finalité professionnelle, certificat de qualification professionnelle), dès lors que cette certification est inscrite au Répertoire National des Certifications Professionnelles. »

La VAE est une « épreuve » dont il ne faut pas négliger les difficultés. L’accompagnateur est un guide précieux. « Faire face à deux » permet au candidat d’atteindre ses objectifs de façon optimale.

Chacun peut désormais mobiliser ses heures de formation acquises tout au long de sa vie professionnelle et utiliser son CPF pour financer son accompagnement à la VAE. Sachant que celui-ci oscille entre 10h et 24h selon les accompagnateurs.

Si le nombre d’heures est insuffisant… le bénéficiaire peut, selon son statut (salarié ou demandeur d’emploi), faire une demande auprès de différents organismes pour compléter.

Le demandeur d’emploi pourra se rapprocher de son conseiller Pôle Emploi qui étudiera les possibilités de financement complémentaires (aides du Conseil Régional notamment).

La salarié pourra étudier le financement de sa VAE avec son employeur : dès lors, l’OPCA de l’entreprise ou l’OPACIF pourront apporter un abondement afin d’atteindre la prise en charge totale de l’accompagnement.

Si le candidat ne souhaite pas informer son employeur de sa démarche, et que le nombre d’heures de son CPF est insuffisant, il pourra aussi choisir de financer lui-même sa VAE. A condition dans ce cas de réaliser son accompagnement en dehors de son temps de travail.

Sinon l’accompagnement peut être réalisé pendant le temps de travail, avec l’accord de l’employeur, sans perte de salaire. Le salarié a donc tout intérêt à informer son entreprise de son projet et à le mettre dans la boucle !

Comment enclencher sa VAE ? La démarche est simple.

Une fois que son Compte Personnel de Formation est créé « en ligne » sur le site www….. (il suffit d’un clic !) et renseigné par le candidat (de combien d’heures de formation dispose-t-il ?), il suffit pour lui de sélectionner « l’Accompagnement à la VAE » sur le site pour confirmer son choix. Après, ne reste plus qu’à suivre les instructions…

Engager une VAE est une démarche personnelle qui place le candidat au cœur de la construction de son parcours professionnel :

  • Pour faire reconnaître ses connaissances, ses aptitudes et ses compétences acquises lors de ses expériences professionnelles.
  • Les « transformer » en diplôme ou Titre professionnel en relation avec les activités exercées.
  • Pour garantir une adaptation aux évolutions économiques et sociales.
  • Pour poursuivre ou intégrer un parcours de formation.

Depuis 2001, Coach and Co accompagne le candidat tout au long de sa démarche, de manière personnalisée. Nos professionnels sont à l’écoute et vous guident, de la réunion d’information à la présentation du dossier VAE devant le jury.

Vous souhaitez en savoir plus sur la VAE et l’accompagnement Coach and Co ? Nous sommes là pour vous renseigner et vous accompagner.

Tous les détails sur l’accompagnement Coach and Co en cliquant ici.

******

CPAÀ l’issue de l’ultime lecture du projet de loi El Khomri et le recours à un second 49.3 de la part du gouvernement, le profil définitif du compte personnel d’activité (CPA) se dessine…

Le CPA, ou

Compte Personnel d’Activité

 

  • Compte formation, compte pénibilité, compte d’engagement citoyen

Le CPA constitue donc un dispositif articulé autour du compte personnel de formation (CPF), du compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) et du compte d’engagement citoyen (CEC) destiné à transcrire en droits à la formation les activités bénévoles réalisées dans le secteur associatif reconnu d’utilité publique ou le service civique.

Mais ce n’est qu’un début car le texte de loi final prévoit la possibilité, pour les partenaires sociaux, d’ouvrir, dès le mois d’octobre 2016, une concertation qui étudierait les possibilités d’extension du dispositif à d’autres outils sociaux, comme le compte épargne-temps…

  • Salariés, chômeurs et indépendants, premiers bénéficiaires

Ouvert de l’âge de 16 ans (15 pour les mineurs en contrat d’apprentissage) jusqu’au décès de la personne, le CPA sera alimenté à raison 24 heures par année d’exercice jusqu’à l’acquisition d’un crédit de 120 heures, puis de 12 heures par année de travail dans la limite d’un plafond de 150 heures. Les abondements complémentaires nécessaires au financement d’une action de formation pourront être versés par l’employeur de l’individu, sa branche professionnelle, l’État, la Région, les Opca ou Pôle emploi.

Dans un premier temps, le CPA ne concerne que les salariés, les demandeurs d’emploi, les travailleurs indépendants, les professionnels libéraux, les professionnels non salariés et leurs conjoints collaborateurs et les artistes auteurs. Pour ces dernières professions, le compte pourra être abondé selon des critères spécifiques. Ainsi, les travailleurs relevant du Code rural et de la pêche pourront faire appel à des financements des chambres de métiers et de l’artisanat ou des communes.

  • Des abondements étendus pour les plus bas niveaux de qualification

Si le CPA devrait permettre d’accéder à tous les diplômes, titres et certifications inscrites sur la liste établie par le Comité paritaire national de l’emploi et de la formation (Copanef), ce qui inclut les formations permettant d’acquérir le socle de connaissances et de compétences de base, un nouvel amendement dans le projet de loi instaure une alimentation particulière de 48 heures par an pour un plafond maximal de 400 heures pour tout salarié qui ne disposerait pas d’une qualification inscrite au Répertoire national de la certification professionnelle (RNCP) correspondant au niveau CAP.

  • Tout titulaire d’un compte pourra bénéficier du conseil en évolution professionnelle (CEP)

pour le guider dans ses choix de formation. Ce conseil est délivré par Pôle emploi, les Missions locales (pour les jeunes), les Fongecif, l’Agefiph (pour les handicapés) et l’Apec. Mais aussi par les cabinet en évolution professionnelle… tels que Coach and Co.

Conseiller en évolution professionnelle : notre Vocation depuis plus de 10 ans

Notre mission : accompagner Votre évolution professionnelle et sécuriser Votre parcours. Notre équipe, composée de Psychologues,  Coachs certifiés et Conseillers en bilans de compétences,  s’y engage.

Conseiller en évolution professionnel –  Bilan de compétences

VAE – Accompagnement recherche d’emploi

Outplacement individuel – Orientation scolaire et étudiante

 Nous vous aidons à identifier vos compétences, Optimiser vos savoirs et aptitudes personnelles et relationnelles, Gagner de la confiance en soi,  ACCOMPAGNER les réussites individuelles et collectives, en comptant sur les Hommes et les Femmes qui construisent des succès.

Si vous souhaitez nous contacter : 03 44 62 00 10 / contact@coachandco.fr

 

« Donnez de la créativité à vos ambitions »

posters unis

 

*********

carte-voeux-electronique RECTO       

En 2016, nous vous souhaitons de dessiner

votre projet professionnel avec succès.

*********

Donnez de la créativité à vos ambitions


posters unis

Nos Activités

Coach and Co en France

Actualités