Coach and Co Chantilly – ACTUS

Dans l’Oise, une femme gagne en moyenne 20 % de moins qu’un homme

Le Parisien Oise, J.B., 07 mars 2018

L’Insee vient de publier une étude sur les inégalités entre femmes et hommes dans le monde du travail. A l’échelle de la région Hauts-de-France, l’Oise est le département où les écarts de salaires sont les plus grands.

Illustration. En 2015, dans l’Oise, le salaire annuel moyen annuel d’une femme était de 23 490 €, celui d’un homme atteignait 29 140 €. LP/J.B.

« Les inégalités salariales [entre hommes et femmes] demeurent importantes dans la région, notamment dans l’Oise, où les salaires sont pourtant les plus élevés. » Publiée par l’Insee ce mercredi à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes qui a lieu le 8 mars, une enquête sur les inégalités femmes-hommes dans le monde du travail présente un tableau peu réjouissant. « Dans les Hauts-de-France, les femmes accèdent moins facilement au marché du travail que les hommes », peut-on y lire. En 2014, la région affichait même le pire taux d’emploi féminin du pays, hors Île-de-France : 54,8 %.
En 2015, près de 20 % d’écart de salaire
Et si l’Oise s’en tire mieux que les autres départements sur l’accès à l’emploi, grâce à « une situation économique plus favorable » (une partie des habitants concernés par l’étude travaillant notamment en région parisienne, NDLR), l’écart de salaire entre hommes et femmes y est le plus élevé de la région. En 2015, alors que le salaire annuel moyen net d’une femme était de 23 490 €, celui d’un homme atteignait 29 140 €, soit une différence de 19,4 %.
Une problématique qui touche toutes les catégories socioprofessionnelles et qui s’accentue même chez les cadres. A poste équivalent, dans l’Oise, les femmes cadres sont en moyenne payées 22,5 % de moins que leurs collègues masculins.
Rendre l’industrie plus attractive pour les femmes
Un tableau sombre que Laurence Rossignol, sénatrice (PS) de l’Oise et ancienne ministre des Droits des femmes, tient à relativiser. « En regardant l’évolution sur le long terme, on discerne une amélioration, souligne-t-elle. Il faut voir cette étude comme un encouragement à poursuivre le travail en tenant compte des alertes qu’elle met en avant. »
Sur les écarts de salaire, l’élue apporte plusieurs explications. « Nous sommes dans un département essentiellement industriel, un secteur qui paye bien mais qui a du mal à recruter des femmes », affirme-t-elle. En partenariat avec l’Etat et les entreprises, « il faut donc un vrai travail, dès la scolarité, pour rendre cette filière attractive pour les jeunes filles ».
Laurence Rossignol avance aussi la question de la mobilité et de la garde d’enfant. « Lorsqu’il y a un choix à faire, c’est souvent le mari, mieux rémunéré, qui continue à travailler. » Pour tendre vers toujours plus d’égalité, l’ancienne ministre préconise de « continuer à travailler avec les entreprises, notamment les petites, pour les sensibiliser et surtout les aider ».


Résultats de l’enquête Besoins en Main-d’Oeuvre 2017

Chaque année, Pôle emploi adresse un questionnaire à plus de 1,6 million d’établissements afin de connaître leurs besoins en recrutement par secteur d’activité et par bassin d’emploi.

Retrouvez tous les résultats en cliquant ici.

 

 

 


Les secteurs qui recrutent dans l’Oise en 2018

Le Parisien, Supplément Emploi, 22 janvier

Le Parisien vous propose un tour d’horizon des offres d’emploi partout en France. Découvrez notre top 5 des entreprises qui vont recruter dans l’Oise, ainsi que les métiers et les profils recherchés près de chez vous.

Légère baisse du chômage, hausse du nombre de créations d’entreprise, projets d’envergure : oui, l’Ile-de-France profite d’une embellie économique. Les florissantes nouvelles technologies sont partout, mais il est réjouissant de constater à quel point certains secteurs traditionnels localement ont su les assimiler pour créer de l’activité ou permettre d’en poursuivre une.

NOTRE TOP 5 DES OFFRES D’EMPLOI 2018 dans l’Oise

 -

LE SECTEUR D’AVENIR : La logistique,  un pilier économique

On ne compte plus les entreprises de logistique dans l’Oise. Et les emplois qu’elles génèrent, non plus. Du cariste au mécanicien poids lourd en passant par le chef d’entrepôt, le secteur a conforté ces dernières années son rang de pilier économique dans un département où le taux de chômage atteint 10 % (12,2 % en moyenne dans les Hauts-de-France). « Nous allons avoir entre 800 et 1 000 personnes à recruter cette année, indique-t-on chez Pôle emploi. C’est la filière la plus dynamique. » Le transport et la logistique font ainsi vivre près de 12 800 Oisiens, d’après les données 2017 de la chambre de commerce et d’industrie. C’est autant que le BTP, mais moins que l’industrie (41 300 emplois). En revanche, les perspectives sont plus optimistes, le secteur de la logistique étant le seul des trois à être actuellement en croissance.Implanté à Crépy-en-Valois, Longueil-Sainte-Marie et Ressons-sur-Matz, FM Logistic est un exemple de ce développement. L’entreprise a entamé des travaux pour faire de sa plate-forme crépynoise son plus important site en France (175 000 m² à terme, contre 130 000 initialement). La société doit recruter une centaine de préparateurs de commande en raison de cet agrandissement. Dans les 2 500 entreprises ayant une activité de logistique dans l’Oise, on compte aussi des acteurs de la vente aux particuliers. Comme le spécialiste de l’ameublement Alinéa qui, avec la création d’un nouvel entrepôt à Nanteuil-le-Haudouin, devrait embaucher au moins une centaine de manutentionnaires.

L’arrivée d’Amazon très attendue à Senlis

Et le secteur ne devrait pas arrêter sa folle ascension. A Senlis, on attend impatiemment l’arrivée d’un géant américain de la vente en ligne, Amazon. Ce dernier pourrait y aménager un entrepôt de près de 48 000 m², probablement fin 2018. Avec à la clé entre 500 et 1 000 emplois. Et afin d’assurer le rush en période de fêtes de fin d’année, l’embauche de saisonniers est également prévue. A plus long terme, l’activité économique pourrait profiter de la création du canal Seine-Nord Europe, avec des bateaux de fret attendus pour le milieu des années 2020. De quoi attirer des travailleurs des départements voisins. A l’image de David, un habitant de l’Aisne intéressé par les perspectives dans le transport routier.

« Je fais des petits boulots, ça me permettrait de me fixer, souffle l’homme de 50 ans. Mais ce n’est pas facile. J’ai déjà raté mon permis poids lourds une fois. Il faut s’accrocher. » S’accrocher d’autant plus que dans l’Oise, le gros de l’emploi est pour l’heure concentré sur le transport routier (4 500 salariés), devant l’entreposage (2 400) et les services aux transports, comme le dépannage (2 000).

 -

L’ENTREPRISE QUI RECRUTE. Isagri et ses ordinateurs embarqués

Installer des ordinateurs — pouvant à l’époque remplir une pièce entière — dans les fermes de l’Oise. Cette idée, imaginée en 1983 par Jean-Marie Savalle et qui paraissait alors complètement folle, est devenue réalité. Trente-cinq ans plus tard, des dizaines de milliers d’éleveurs du monde entier utilisent leurs tablettes ou smartphones pour suivre l’évolution de leurs troupeaux, gérer leur comptabilité ou travailler dans leurs champs. Et tout ceci leur est rendu possible grâce aux technologies développées par Isagri, installée à Tillé, près de Beauvais.

Lorsqu’il fonde cette entreprise, Jean-Marie Savalle, professeur à l’école d’ingénieurs agricole (aujourd’hui UniLaSalle), s’appuie sur quelques éleveurs intéressés à l’idée d’installer ses nouveautés. « Puis les agriculteurs voisins sont venus voir et l’arrivée d’Internet en 1997 a ouvert des opportunités », raconte Gersande Boulnois, la DRH du groupe qui embauche 100 personnes par an. Isagri invente alors Terre-net, le premier portail d’information agricole. On y retrouve la météo, le cours des matières premières. « Il a fallu embaucher pour grandir et surtout ne pas se faire dépasser ou égaler », explique la DRH de ce groupe leader en France.

En 2007, la société inaugure le premier data center (centre d’hébergement des données) pour ses clients, qu’ils soient éleveurs ou comptables. Le produit phare arrive en 2011 avec le 1er ordinateur embarqué dans un tracteur, qui permet de guider celui-ci dans son champ grâce à un GPS. Ces dernières années, les logiciels développés ont dû s’adapter aux nouvelles technologies des agriculteurs toujours plus connectés et avides de ces innovations 2.0.  Aujourd’hui, le groupe aux 1 650 salariés, consacre 25 % de son chiffre d’affaires à la recherche et au développement. Et affiche une croissance à deux chiffres.


Les sessions de recrutement commencent pour les emplois saisonniers dans les parc de loisirs. 

pour participer aux sélections:

recrutementparcasterix.fr

drh@parcsaintpaul.fr

 

ISAGRI recrute https://emploiisagri.fr/

recrutement de développeurs informatiques et de chargés de relations clients

au total 150 postes à BEAUVAIS

 

LES METIERS DU NUMERIQUE RECRUTENT À TOUS LES NIVEAUX

 

330 000 offres d’emplois sont annulées chaque année faute de candidats

 

 

Coach and Co vous forme au métier de Conseiller en Insertion Professionnelle : une formation diplômante (niveau III, Bac +2) du Titre Professionnel du Ministère de l’Emploi.

Notre prochaine session débutera le 26 mars 2018, pour se terminer le 6 décembre 2018 (1183h réparties sur 36 semaines).

Notre prochaine réunion est programmée le LUNDI 22 JANVIER à 9h dans nos locaux.

Depuis 2009, Coach and Co à Chantilly forme de futurs Conseillers en Insertion Professionnelle (93% de réussite au diplôme).

Que ce soit en alternance dans le cadre du plan de formation de votre entreprise, en mobilisant conjointement (ou non) votre CPF ; d’un Congé Individuel de Formation (CIF) ; ou bien encore dans le cadre d’un CIF-CDD. Différentes possibilités peuvent ainsi être étudiées.

Plus d’informations sur la formation : http://www.coachandco.fr/?p=7002

Plusieurs possibilités s’offrent  à vous :

  • Formation continue sur un rythme alternant périodes en centre – 812h/ périodes en entreprise.
  • VAE (Validation des Acquis de l’Expérience)
  • Mixte entre formation continue et VAE.
  • Une dernière formule est également proposée par le centre de formation AméRel Pro, partenaire de Coach and Co, à Soissons : formation continue 3 jours par semaine

Un témoignage d’une de nos CIP…

 

Merci de confirmer votre présence au 03 44 62 00 10 ou par mail : contact@coachandco.fr

A bientôt chez Coach and Co !

 

* ALERTE INFO – Coach and Co Chantilly a le plaisir de vous annoncer son référencement sur le Datadock !Résultat d’images pour datadock

Dans le cadre du décret Qualité de la formation professionnelle, le référencement au Datadock est désormais devenu indispensable pour les organismes de formation : une condition exigée pour permettre le financement des prestations de formation par les organismes collecteurs.

Coach and Co Chantilly a obtenu sa validation et est ravi d’être « référencé Datadock » : un véritable gage de qualité.

Résultat d’images pour datadock

 

 

 

 

 

Nos Activités

Coach and Co en France

Actualités